UA-72225749-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Deux ans ... Trappes

Deux ans après, des nouveaux codes de connexion et un regard toujours porté sur Trappes.

                  Voila deux depuis ma dernière note, deux sans à penser et ne pas prendre le temps de partager une envie d'autre chose pour une ville qui agace, qui excite, qui émeut, qui nous surprend; qui nous fait vivre quoi.

                    En deux ans, quelques changements, des rides, quelques kilos et toujours un cœur trappiste, près à porter haut les couleurs de ma ville, celle qui m'a adoptée, lors des compétitions de "mon" club de Taekwondo ou ailleurs.

                    Je découvre, moi qui ai rencontré trappes en 2000, cette fierté d'être Trappiste. Comme souvent les convertis sont les plus intégristes! Pour ma part, ma conversion ne devrai causer de tort à personne, elle n'est que le reflet de ce que Trappes m'a apporté dans la construction de mon foyer, dans la vie de mes enfants comme dans ma vie personnelle.

Le BCT, le Taekwondo:

                     La vie associative à ça de magique, elle nous force à faire des rencontres  surprenantes et merveilleuses, avec des personnes d'horizons tellement différents, regroupées dans une famille choisie loin des considérations qui ségrégent nos sociétés. Dans une assos, qui est noir? y'a des maghrébins? des blancs de métropole? Non, enfin, notre pensée est libérée de ces constantes qui polluent autant notre quotidien que nos élites.

                    Sans le BCT, sans le taekwondo, pas de Jaouad, pas d'Issam, pas de marie, de michel, d'Amine, de félicia, de toufik, pas de mathilde, pas de prudence, pas de guillaume ou d'aminata. Alors voila bien une vraie raison de "perdre mon temps" à gérer un club. Le temps n'est rien, seul les Hommes comptent. Leurs valeurs, la force de leurs expériences partagées est un bien plus précieux que beaucoup d'autres.

                    Voila pourquoi malgré deux ans sans paroles en ligne, j'ai gardé foi en Trappes, voila pourquoi, mon regard et mes actions sont toujours tournés vers notre ville.

                    En attendant, en deux ans, si la vie politique trappiste est toujours aussi morne (le parachutage de Benoit Hamon, chasseur de Fourgous, ne devrait pas changer la platitude des débats politiques locaux à des années lumières des enjeux de notre cité) il n'en reste pas moins que l'avenir de notre ville est à construire. La manne financière qui a miraculeusement accompagnée l'ère malandinienne se tarie et Trappes semble toujours d'un autre temps au regard des communes voisines.

               Louons à Guy Malandain d'avoir su recouvrir les années d'échecs communistes (les décennies plutôt) d'un enduit épais et de grilles qui séparent les âmes quand la politique locale devrait les unir.

              Louons à Guy Malandain d'avoir redonner un souffle à Macé, aux merisiers et tant d'autres quartiers quand le centre Jaurès trop près de la mairie se meure. Ancien président du comité de quartier Jaurès Gare, je ne peux que me sentir blessé du spectacle offert mois après mois ce quartier historique de Trappes, creuset de notre identité commune, plus petit dénominateur commun entre tous les habitants de notre ville, d'où qu'ils viennent. Notre histoire c'est notre rencontre à tous. Jaurès est l'histoire de Trappes. Notre maire et ses équipiers ont sûrement une mémoire courte et un respect relatif de celle ci.

              En 2014, il faudra choisir une équipe capable de réveiller la belle endormie, de mobiliser les forces vives et les cœurs vaillants.il faudra la lucidité et l'envie de votre enfin une ville se métamorphoser, ... On a le temps d'en reparler!!! Allez, pour paraphraser un de nos illustres contemporains : « Le changement, c’est maintenant ! (ou en 2014) ».

 

 

Les commentaires sont fermés.