UA-72225749-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • juillet 2013, bilan de l'erreur malandain

    juillet 2013, bilan de l'erreur malandain

     

    Bonsoir, fin de mois pour Trappes, fin d’une période agitée, riche d’inquiétude et riche d’enseignement et d’espoir pour l’avenir… .

    Après des mois tendus par le débat hallucinant sur la réforme des rythmes scolaires sur la ville, la crise économique qui touche nos concitoyens, le mois de juillet devait être une pause, un repos pour tous et voila que tout craque… Un contrôle de police agité et Trappes redevient dans les médias la ville de toutes les tensions, de tous les échecs et la référence française du « non-droit ».

    Des années d’efforts de tous les trappistes pour redorer le blason bien terni par les errances coupables des municipalités précédentes et, en quelques nuits tout est balayé … .

    Bref, à l’heure où tous les partis peaufinent leur stratégie pour la campagne des municipales 2014 Pourquoi ces heurs ?

    La « crise de Trappes » est un événement local.

    Trappes vit depuis plus de 10 ans avec à sa tête un homme compétent au premier abord qui  a su discrètement s’assurer ses réélections en travaillant avec rigueur et persévérance sur son électorat.

    En arrivant à Trappes, Guy Malandain a réussi l’exploit de diviser et asservir le parti politique historique de la ville. Le PCF, gestionnaire de TRAPPES pendant près de 50 ans avec les échecs que l’on peut tous observer et les réussites (…), a vendu son âme à un homme politicien rusé et bidouilleur.

    Perdus dans une équipe PS baladée par le duo Malandain-Hamon, les élus du PCF ont pu constater la perfidie du premier élu de la ville… Espérons, pour la ville que le PCF retrouvera son rôle dans la campagne à venir… C’est une opposition idéologique  légitime qui manque au débat dans la ville. Un adversaire politique respectable et légitime.

    La politique électoraliste de Guy Malandain est le terreau des déviances identitaires qui s’expriment par la violence que nous avons pu constater et qui engendrent  des défiances entre les populations d’origines diverses.

     

     La communauté musulmane de Trappes est une part très importante de l’électorat traditionnellement située à gauche de l’échiquier politique. D’origine ethnique variée, elle se caractérise aussi par la diversité des pratiques, des croyants non pratiquants aux pratiquants les plus traditionalistes et intégristes.

    Le mandat de Guy Malandain a été celui de la faiblesse face aux exigences des plus activistes, pour taire toutes les manifestations et les revendications. Le mandat de Guy Malandain  a été celui qui a laissé les plus virulents des extrémistes narguer la loi.

     

    La reconnaissance nécessaire de la diversité des modes de vie qui s’observe à Trappes n’aurait pas due se faire sans un postulat de base ; le respect pur et dur de la loi, depuis le code de la route, le respect dû aux personnes par les forces de l’ordre en passant par l’interdiction du port du niqab (puisque c’est le problème originel).  Le vivre ensemble ne peut exister que si les règles de base sont connus et accepter.  Par peur de l’affrontement mais aussi et surtout de la perte d’élections, Guy Malandain a cédé. Il a vendu l’âme de la république et l’âme de Trappes à sa propre élection.

    La crise de la semaine dernière n’aurait pas du exister. Si la loi sur le niquab, depuis son vote au parlement avait été expliquée et appliquée avec fermeté mais compréhension et dialogue, la porte laissée à ces pratiques illégales aurait été moins grande.

    Si une police de proximité, respectueuse et ouverte sur les populations qui entourent le commissariat, avait été accompagnée de façon plus efficace et pacifique par les politiques  municipales, les problèmes de discrimination, de contrôle au faciès, d’agressivité  n’auraient pas pu être invoqué par ceux qui n’ont de cesse que de tester et de mettre à mal l’esprit républicain qui est indispensable dans notre ville, plus qu’ailleurs. 

    Dans une ville pacifiée par l’application respectueuse et implacable de la loi, dans une population considérée par tous au-delà de leur poids électoral, les extrémismes se taisent…

    Monsieur Malandain, vous avez échoué. Repeindre et fermer les squares et les barres d’immeuble ne font pas une politique de la ville… Un homme politique, ancien député avec votre  de votre expérience n’aurait jamais du faire cette erreur insultante pour vos électeurs que vous avez bernés !

     

     

    Pour ma part, parce que le modèle républicain est le fondement de tout et le socle indispensable de toutes les politiques locale et nationale, il faut maintenant que la loi s’applique à tous, de toutes les couleurs et de toutes les origines. 

    Que chacun reconnaissent ses erreurs,

    Que les voyous qui cassent assument les condamnations,

    Que ceux qui les manipulent soient montrer du doigts et rejetés par le reste de la population qui partagent le même texte sacré,

    Que les forces de l’ordre qui ont tendance à contrôler des personnes trop souvent d’origine extra métropolitaine acceptent les revendications de ceux à qui on demande de respecter les mêmes lois et que l’on contrôle plus vertement. On peut passer des heures à nier les contrôles au faciès, à se plaindre de l’accueil violent parfois offerts aux forces de l’ordre. On peut le faire, mais à quoi bon… Tout le monde sait que l’attitude des forces de l’ordre est différente en fonction de la personne interrogée. On peut nier … pour quels résultats ?

    Acceptons ces observations et corrigeons !!!

    Que ceux qui ne respectent pas la loi invoque la violence de la police pour justifier des dégradations faites aux biens communs comprennent que ce discours choque, agresse ceux qui croient encore que le « vivre ensemble » est une utopie réaliste ! On ne peut pas exiger le respect et bruler des poubelles… On ne peut pas contrôler brutalement et exiger le respect.

    Parce que je ne suis pas originaire de Trappes, j’observe avec un œil moins impliqué et donc, je le crois un peu plus neutre.

     Je crois qu’il est maintenant temps de casser cette habitude de stigmatiser et de séparer. C’est possible !

    Tous les responsables associatifs de Trappes œuvrent pour l’acceptation des différences culturelles, physiques et  morales, pour que les valeurs de solidarité et de partage progressent et que le modèle français progresse dans le respect de tous.

    « Mon » club,  La section Taekwondo du Bushido Club de TRAPPES, meilleur club des Yvelines est devenu un exemple dans tout le département, salué même au niveau de la fédération française.

    Nous avons su inculquer le respect à tous les pratiquants, le respect des « règles », nos lois, le respect des ainés et de la hiérarchie, et surtout le respect des personnes de sexe opposé.

    Nous avons ouvert notre club à des pratiquants d’autres clubs. Grâce au BCT, de nombreux enfants de Trappes partagent des moments importants lors des compétitions avec lescombattants de Vélizy ; autre sociologie, autres origines et pourtant tant d’échanges et de fraternité.

    A Vélizy, on a découvert la richesse humaine et la sympathie de cette « population d’origine » qui vit à Trappes. 

    A Trappes, on a appris la richesse humaine et la sympathie des « petits bourges » de vélizy.

     A Trappes et à Vélizy, on a découvert qu’on était presque pareil.

    Pas les mêmes prénoms, pas la même couleur mais le même monde, le même destin et le même cœur…  .

    Simple au niveau d’un club mais tellement enrichissant… On a tous à gagner du respect.

     

     Sur Trappes, il faut relier, les cultures, les croyances, les Hommes.

    Coupez en deux par la N10, Trappes l’est aussi par un fossé encore plus grand qu’il est urgent de combler. Que ceux qui le creusent soient sanctionner, que ceux qui œuvre à son comblement soit soutenus et encouragés. Que les forces de l’ordre contrôlent et sanctionnent ceux qui ne respectent pas la loi et qu’ils s’appliquent à être respectueux de tous, sans discrimination coupable. Que les élus comprennent que leurs mandats sont bien moins importants que la vie de ceux qu’ils dirigent. Malandain nous a conduits par son goût immodéré du pouvoir local dans un fossé. Il a gâché 10 ans pour Trappes !

    Changeons nos dirigeants. Changeons notre équipe d’élus, Donnons à Trappes un autres destin. 50 années d’échec de la gauche et de l’extrême gauche, n’est-ce pas suffisant pour prendre un autre chemin, ensemble ?

    Le Modem, seul parti centriste, neutre et indépendant des grands partis gérés comme des entreprises financées par les voix obtenues lors de différents élections, prendra  sa part aux prochaines élections municipales.  C’est une obligation morale et politique. Fondement de l’idéologie centriste, l’humanisme, l’universalité et le progrès partagés par tous sans opposer les castes, les groupes sociaux ou ethniques  sont des valeurs nécessaires à Trappes. Je porterai ces valeurs lors des discussions qui seront menées  pour la constitution d’une liste d’opposition réaliste et progressiste sur notre ville.

     Ne laissons plus la place aux extrémistes de tous les bords, construisons ensemble notre avenir commun